Partagez | 
 

 J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jesabel D. Mandoza
13 mai 1943 - 31 octobre 1968
Féminin

ÂGE : 28
PROCHES EN DEUIL : 68
ENTERRÉ LE : 09/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 20/09/1990
AVATAR : Olivia *hot* Wilde



MessageSujet: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Dim 9 Sep 2012 - 16:28


«13 mai 1943 – 31 octobre 1968»

Jesabel Dasylva
Mandoza

ft. Olivia Wilde


Jesabel D. Mandoza, âgé(e) de 69 ans et confuse, travaille comme photographe. Il/Elle appartient au groupe soul takers. Il/Elle est entre deux et natif de Gallup.

il était une
fois


« Elle n’est pas possédé par un quelconque démon, George! » La voix de sa mère lui parvient à travers la porte de sa chambre. Elle s’appuie contre celle-ci pour écouter la conversation de ces parents. « Comment expliques-tu cela Marianna? Elle a tué sept personnes! » Elle ferme les yeux. La voix de son père est lourde, tranchante. Il est en colère, plus que juste en colère même. Jamais elle n’avait entendu sa voix sonnée ainsi de toute sa vie et elle était la cause de cette voix. « Elle souffre. Elle est malade! Tu sais comme moi qu’il y a quelque chose avec Jesabel depuis des années. Elle n’est pas comme les autres. » Sa mère tentait de la défendre, de la protégée encore et toujours comme n’importe quelle mère le ferait. « Les gens veulent justice! On ne peut pas la protégé indéfiniment dans sa chambre. La police va venir pour elle. » « J’ai parlé au docteur Thompson. Il dit que le meilleur endroit pour elle serait un endroit du nom de Northwood. Elle y serait soignée. » Elle trembla contre la porte. On allait l’arraché de sa famille et l’envoyé dans un endroit inconnu. Jamais la jeune adolescente n’avait voulu faire de mal à qui que ce soit. Elle avait tentée si fort de faire comprendre à ces parents qu’elle n’aillait pas bien, mais sans succès. Elle n’avait pas voulu faire du mal à ces gens. Elle ne savait pas vraiment ce qui s’était passé, mais Jesa savait que c’était elle qui avait mit le feu à cette bâtisse. On l’avait trouvé avec des brûlures aux mains non loin. Aussitôt, le père Browns avait crié qu’elle était victime d’un démon terrifiant la population. « Demain, nous l’emmènerons voir le docteur. Il saura quoi faire avec elle George. » Elle couru vers son lit en sachant que la conversation était fini entre les deux adultes. Sa mère ouvrit la porte de sa chambre quelques minutes plus tard et elle fit semblant de dormir comme elle le devrait à cette heure tardive de la nuit. Mais elle ne pouvait pas dormir. Elle était terrifié par l’idée de quitté ces parents. Sa mère embrassa son front, lui dit qu’elle l’aimait et qu’ils allaient tout faire pour qu’elle puisse allé mieux, qu’elle soit de nouveau sa petite fille adorée comme au par avant. Mais, Jesa avait l’impression qu’elle ne serait plus jamais la même. Elle n’était plus cette fillette ou adolescente adorable dont ces parents étaient si fier depuis longtemps. Elle avait ressentit un mal être en elle qui durait. Ces émotions étaient sans arrêt à la hausse et à la basse. Jesa avait prié dieu comme on le lui avait enseigner en lui demandant de la pardonner pour ce qu’elle avait fait et de bien vouloir lui accordé sa miséricorde… mais il ne l’entendit jamais ou ne lui pardonna pas.

« Tout ira bien Monsieur et Madame Mandoza. Nous allons bien prendre soins de votre fille et elle vous reviendra comme avant. » La confiance dégoûtant qui coulait de la voix de cet homme, ce pseudo docteur avait eu le dont de lui faire peur dès le départ. Il y avait quelque chose de mauvais dans son regard qu’elle ne pouvait tout simplement pas expliquer. Jesa avait supplié ces parents de la ramenée avec eux, de ne pas la laissé dans cet endroit. Ce bâtiment était de brique et de bêton gris. Tout semblait terne, vide et mort. Ces yeux se tournèrent vers ces parents, les larmes coulaient sur son visage. « Maman, papa, pitié… Je ferai mieux. Je vous le promets. » Sa mère avait embrassé son front, caressé son visage et Jesabel avait vu à quel point se séparer de sa fille unique rendait malheureusement la femme, mais pourtant, elle ne se battait pas pour elle. Des hommes habillés en blanc apparurent derrière la jeune fille qui s’accrocha à sa mère de toutes ces forces en pleurant. « S’il-te-plait, maman, ne les laisse pas m’amené! Ne les laisse pas m’amené! » Elle s’accroche à la femme qui la mise au monde autant que celle-ci le fais avec elle. Durant un très court instant, elle se dit que sa mère ne la laissera pas partir, mais son père finit par la tiré loin de l’étreinte de sa fille alors que les hommes la tirent à l’intérieur du bâtiment. Elle hurle, pleure, supplie, mais n’entend que les pleures et gémissements faibles alors qu’on l’amène. Ce fut la dernière fois qu’elle le monde extérieur de son vivant. Ils l’ont obligés à enlever tout ces vêtements et quand elle résista, il les déchira de sur son corps. Elle n’était encore qu’une enfant, à peine 16 ans et ces hommes profitaient de la vie de son corps déjà agréable pour l’œil masculin. Durant la première semaine, elle fut humilier, traiter de tout les noms et toucher comme un vulgaire morceau de viande. Toutes les nuits, elle se roulait sur elle-même en pleurant les larmes qui voulaient bien couler sur son visage. Il y avait une infirmière, très gentille, qui la couvrait d’un regard si maternelle. Elle faisait en sorte d’être toujours là pour Jesabel au point ou elle était la seule à qui elle parla pendant des mois. Elle ne voulait rien savoir du docteur qui devait sois disant la soigner mais qui semblait plus disposé à la lobotomiser afin de savoir le pourquoi du comment elle avait agis de la sorte. « Je veux rentrer à la maison… » Elle avait ces quelques mots plus que toutes autres choses durant son temps. Chaque fois que le docteur posait une question, c’est ce qu’elle lui répondait obstinément. Alors, il l’envoyait dans ce qu’il appelait la chambre d’isolement. Quatre murs rembourrés avec une grosse porte de métal lourde. Bien souvent, tout ce qu’elle entendait était les pas des gardiens ou les cris des hommes qui se trouvaient dans le couloir d’isolement avec elle. Elle ne rencontrait jamais les détenus masculins, mais il n’avait pas le choix de la mettre dans ce couloir comme il n’y avait que 3 ou 4 femmes dans tout l’institut.

Les jours, les semaines, les mois et finalement les années passèrent sans qu’elle ne puisse voir l’espoir d’être libéré ou de revoir sa famille. À 19 ans, Jesa s’était faite à l’idée qu’elle serait ici pour le restant de ces jours d’une certaine manière ou jusqu’à temps que le bon docteur ne décide de la prendre pour faire on ne sait quelle expérience sur elle. Les rumeurs allaient bon train à Northwood comme quoi plusieurs patients étaient mystérieusement morts depuis qu’il était en charge de l’établissement. Il y avait de quoi faire froid dans le dos. Aussi intéressé avait-il semblé quand elle était arrivé, aujourd’hui, elle n’était plus qu’un patient parmi d’autre dont il semblait ressentir beaucoup de frustration à ne pas pouvoir trouver là solution à sa maladie. Une nuit, elle était roulée sur elle-même dans ce qui pouvait être pris pour un lit entre ces quatre murs quand la porte s’ouvrit doucement. Ces yeux s’ouvrirent aussitôt. Personne ne venait dans les cellules durant la nuit. « Bonsoir Jesabel. » Elle se détendit alors que son regard se perdit dans les yeux brun doux de Samuel. C’était un jeune gardien en poste depuis presque un an qui travaillait surtout la nuit. Il venait la voir très souvent lui apportant des livres qu’elle pouvait lire ou lui parlant de ce qui se passait dehors. Ils avaient sympathisé autant qu’il l’était possible dans ce lieu. Parfois, comme ce soir, il venait se couché près d’elle et ils parlaient pendant de longue minutes. Elle savait qu’elle ressentait quelque chose pour lui, quelque chose de fort. Jesa avait touché ces lèvres à plusieurs reprises durant ces visites. C’était des baisers innocents comme elle avait vu beaucoup s’échanger. La plus part des jeunes femmes de son âge étaient mariés et parfois avait des enfants. Mais elle n’avait ni un ni l’autre et ne les auraient sans doute jamais dans cet endroit. Elle avait senti ces mains sur son corps bien au-delà des endroits ou il les avait mis avant. Elles se glissaient sous ce qui lui servait d’uniforme. « Samuel, que fais-tu? » Il avait posé ces lèvres contre les siennes pour la faire taire. « Je vais te montrer ce que c’est de vraiment être désirer. » Ils s’étaient perdus dans un silence rempli de soupire et de caresse. Il était doux contre sa peau. Il était son premier et elle ne le regrettera jamais. Ce fut… douloureux, très douloureux dans un premier temps, puis plaisant, mais court. Bientôt, il se couchait à sa gauche son regard fixé sur elle alors qu’elle respirait les yeux fixé sur le plafond le visage couvert d’une mince couche de sueur. « Alors? » « Quand reviendras-tu? » Il lui avait sourit en l’embrassant puis avait promis qu’il reviendrait dans trois jours. Samuel revient après trois jours. Il revient chaque fois qu’il l’avait promis vers elle. Dans ces courts moments, elle n’était plus une patiente, une folle, mais juste une femme.

[color:1dec= deeppink] « Jesabel, ma petite, est-ce que tu vas bien? C’est la troisième fois en autant de jour que tu es malade. » La vieille femme lui frotta doucement le dos alors qu’elle était penché au dessus des toilettes. Elle n’avait jamais été aussi malade de toute sa vie même après les nombreux traitements de médicaments supposés l’aidés que le docteur le lui avait donné. Son corps entier tremblait à chaque fois que son estomac remontait dans sa gorge. Elle n’en pouvait tout simplement plus de ce sentir de cette manière. « Je vais appeler le docteur. Ce n’est pas normal que tu sois autant malade. » Jesa avait voulu protesté, mais elle ouvrit la bouche pour être malade à nouveau. On l’avait amené les mains et pieds attachés avec des chaines bien trop lourdes pour son pauvre corps puis on l’avait couché sur un lit ou elle avait somnolé pendant un certain temps avant d’être réveillé pas les cris du docteur. [colo=darkgoldenrod]« Nous devons absolument faire quelque chose! Comment est-ce possible que cela puisse arriver? Comment suis-je sensé expliqué que l’une de nos seule patientes est enceinte alors qu’elle se trouve entre les murs depuis près de quatre ans et demi? [/color] Ces yeux s’étaient ouverts soudainement. Comment ça enceinte? Ces mains se posèrent d’instinct sur son ventre. Elle avala durement. Elle n’avait jamais pensée à l’idée même d’avoir un enfant. La porte claqua et elle sursauta rivant son regard sur l’homme qui venait d’entrer. « Jesabel… il va falloir que tu te couches sur le dos. » Avec cet homme, il n’y avait jamais aucunes formes de politesses et elle ne cherchait pas non plus à en recevoir. Elle fit ce qu’il lui dit de faire le regard attentif. Dès qu’il tenta de tirer sur son pantalon pour le lui enlever, elle sauta loin de ces mains. Elle fut de nouveau humiliée par cet homme. Il toucha son corps de ces longs doigts crochus et elle dû serré les dents si forts pour ne pas hurler de dégoût. Elle fut ramené dans sa cellule peu de temps après et on lui confirma que oui, elle était belle et bien enceinte. Jesabel attendit un jour, deux jour, une semaine entière de revoir Samuel, de lui dire, mais il ne revient jamais. Un soir, alors qu’un gardien à la peau noir la ramenait dans sa cellule, elle lui demanda ou se trouvait Samuel. « Il s’est marié il y trois mois et ils ont déménagé la semaine dernière. » Jesabel sut alors ce que s’était d’avoir le cœur briser par un homme, mais elle ne pleura pas. Pendant des jours, elle resta repliée sur elle-même chantonnant une comptine de son enfance.

« Le docteur va venir te voir très bientôt, ma petite. Tout ira bien. » Elle serra les dents en fermant les yeux. Jesa en avait plus qu’assez de ce faire dire que tout irait bien, de faire confiance au docteur. Elle ne pouvait pas avoir confiance en personne, non, tout le monde était trop vicieux pour être digne de confiance. Une autre douleur la traversa et elle gémit longuement. Elle baissa les yeux sur son ventre gonflé, énorme. Le docteur l’avait laissé venir à terme de sa grossesse soigneusement caché entre les murs de l’institut. Seul trois personnes savaient pour le bébé à venir ; le docteur, la vieille infirmière et le gardien noir. On l’avait caché comme une chose immonde aux yeux des autres pendant près de 6 mois. Elle avait réalisé vraiment sa grossesse le jour ou elle avait sentit un bosse bien présente à son abdomen. Habituellement c’était un évènement heureux pour une femme, mais pour elle non. Elle avait beau ne pas être totalement lucide, elle savait tout de même qu’elle ne verrait pas cet enfant grandir. S’il pouvait finir par sortir. Jesabel hurla de nouveau lançant la tête en arrière. Si c’était cela donné la vie, elle ne voulait plus jamais la donner à qui que se soit. C’était bien trop douloureux. « Ou est le docteur? » [color=maroon] « Il est retenu ailleurs. » [b][i] « Retenu! Bon sang, mon garçon cet enfant veut venir dans ce monde et croyez moi il ne va pas attendre que ce pincé à cravate veut bien libéré son horaire pour l’aider. Aller prendre sa main. » Elle avait soufflé un rire un peu hystérique aux paroles de la vieille femme. Le gardien était venu lui tenir la main qu’elle broya sans aucune gêne en hurlant de nouveau. « Il faut pousser ma petite! Maintenant! » C’est ce qu’elle fit, elle poussa encore et encore hurlant à chaque fois avec l’impression que cet enfant ne sortirait jamais. Puis, un cri fit écho dans la pièce. La tête lourde, elle baissa les yeux vers l’infirmière. « Félicitation Jesabel, c’est un beau petit garçon. » Les larmes cacha sa vue un instant alors que sa tête frappait l’oreiller. Jesa était épuisée physiquement et mentalement. « Puis-je le tenir? » « Bien sur, je vais juste le nettoyer un peu et voilà, mon garçon dis bonjour à maman. » Elle se souvenait avoir tenu ces frères à leur naissance dans ces bras, mais ce n’était rien contrairement au sentiment de tenir son fils contre elle. Il était si petit. Elle avait éclaté en sanglot en voyant ces grands yeux bleus. Elle voyait ces yeux en l’enfant et c’était terrible. « Allons ma petite, pourquoi pleurez-vous? » « Parce que je sais que je vais le perdre. » Le bébé ne pleurait plus, elle était la seule à pleurer. La chaleur du petit corps contre le sien était rassurante. Le docteur est venu afin de vérifier son fils sous toutes les coutures. Il lui avait dis avoir trouvé une bonne famille pour son bébé aux troisièmes jours et qu’elle ne pouvait pas dire non car, il ne l’a laisserait jamais gardé un enfant, une femme dérangée comme elle ne le méritait pas. Jesa avait accepté. Elle avait embrassé le front de son fils lui chantant une dernière fois sa comptine préféré alors que la nouvelle mère de son fils venait le lui prendre. C’était une femme brune, plus vieille qu’elle et très bien habiller. Jesabel sut qu’elle serait une bonne mère au regard adorateur qu’elle jeta sur son enfant. « S’il-vous-plait, laissé le avoir le nom de Christopher. C’est tout ce que je demande. » Et la femme le lui avait promis. Les pleures de son fils avaient résonnés dans sa tête pendant des mois après ce jour. Jesabel fut brisé. Encore une fois, un être cher la quittait.

Les quatre années qui suivirent furent flou. La jeune femme était sous forts sédatif plus souvent qu’autres que dans le passé. Le docteur avait eu un renouveau d’intérêt pour elle après qu’on lui est apprit qu’elle supportait très mal le départ de son fils. Puis, l’émeute se déclencha. Le jeune gardien noir qui avait toujours veillez sur elle tel un faucon depuis qu’il avait assisté à la naissance de son fils l’avait amené dans un bureau en lui disant de rester cacher et qu’il reviendrait quand tout ce serait calmer. Elle était vulnérable face aux détenues masculins. Malheureusement, même caché dans un recoin du bureau loin des regards, deux hommes l’attrapèrent et la tirant avec eux dans les couloirs. Des hurlants se faisaient entendre partout autour d’elle. C’était assourdissant. Elle résistait, mais ne pouvait rien faire contre eux. Ils étaient bien trop forts. Ils l’ont trainé dans le sous-sol, dans une pièce isolé de la laverie. Ce fut le dernier endroit qu’elle vit avant de mourir. Le plus petit des hommes quitta la pièce en courant, mais l’autre avait des projets pour elle. Jesa a résisté autant qu’elle le put et le mit en colère. Ne pouvant avoir ce qu’il voulait, il la poignarda et la regarda s’écrouler en riant. Oublié de tous, tordu dans la douleur et seule, Jesabel Dasylva Mandoza décéda le 31 octobre 1968 à 15h27.
la raison de mon
décès


La mort pour beaucoup est facile, sans douleur, mais pas pour Jesabel. Sa mort s’étala sur des jours et elle finit par mourir seule et oublié dans un coin de cet endroit maudit qu’était l’hôpital psychiatrique de Northwood. Il y avait très peu de femmes dans le bâtiment à l’époque et elles n’étaient jamais en contact avec les hommes. La seule fois qu’elle a eue un contact avec eux ça à finit en émeute et elle est morte. Les gardiens ont toujours gentils avec elle. La plus part la voyait comme leur petite sœur malgré ce qu’elle avait fais avant de venir ici. Mais, ils n’ont pas pu la protégé ce jour là. Elle du froid du plancher de marbre alors qu’elle se trouvait couché sur le côté gauche. Elle ne pouvait plus bouger, ne le voulait pas à cause de la douleur qui courait dans tout son corps chaque fois qu’elle le faisait. Jesa avait froid, si froid et personne ne semblait entendre ces appelles à l’aide alors qu’elle se vidait tranquillement de son sang sur le sol d’une salle de la laverie. Elle avait été poignardé à trois reprises par un détenu masculin après qu’elle lui est broyée les parties pour l’empêcher de l’a violé. La jeune femme est resté couché sur le côté en murmurant à l’aide par moment ou encore les quelques prières qu’elle se souvenait d’avoir entendu de sa mère quand elle vivait encore à Gallup. Elle se souvient du froid, de l’engourdissement de ces membres et surtout de la douleur. Jesabel a pleurée jusqu’à temps que les larmes ne veulent plus tomber. Elle a ressentit de la colère envers dieux de la laisser souffrir de la sorte pendant 2 jours. Elle a tenu à l’espoir mince de pouvoir vivre… mais cet espoir s’envola. Elle ferma les yeux et sa vie s’arrêta au moment ou un jeune gardien la trouvait.

la vie après la
mort


Une caresse sur son visage, c’est la première chose que Jesabel à ressentit quand elle s’est retrouvé dans le monde des morts. C’est une très jeune fille, pas plus de 14 ans, qui est venu la chercher. Jesa se souvient parfaitement de sa confusion. Elle avait pausé ces mains sur son ventre cherchant les blessures fatals sans les trouvés. Tout était très flou après ça. Les explications de la fillette, sa main dans la sienne qui la tirait joyeusement dans un endroit dont elle ignorait tout, mais elle la suivit se sentant apaisé par son contact. Elle avait découvert une seconde chance de vivre, s’y on peut dire. Jesa avait été émerveillé par ce monde elle qui avait passé presque 9 ans entre les murs d’un hôpital psychiatrique. Tout était nouveau, excitant et surprenant pour elle. Les dix premières années, la jeune femme passa son temps à regarder les gens restant souvent un peu en retrait ayant du mal à se fondre dans la masse. Le mot circula bien vite comme qui elle était morte dans une maison de fous et beaucoup de gens préféraient ne pas se trouvé à proximité d’elle. Durant la douzième année, Jesabel décida qu’elle voulait aider les âmes perdues à rejoindre ce monde. Elle pensait à la jeune fille qui avait été si douce, si agréable avec elle et se disait que chaque âme avait le droit d’être amenés dans ce monde avec la même douceur, la même attention. Elle rencontra bon nombre d’âmes en 32 ans comme faucheur, de bonnes et de mauvaises. Parfois, elle dut arracher ces gens à ceux qu’ils aimaient, mais c’était son devoir et elle tentait de leur rendre leur passage encore plus facile.

& ce que je
suis


Jesabel, et bien, elle a un caractère très unique. Elle est très instable psychologiquement, moins que de son vivant par contre. Elle souffrait de bipolarité, mais à son époque, les maladies mentaux n’étaient pas quelques choses d’aussi courante ou encore qu’on parlait qu’aujourd’hui. Elle semble toujours très nerveuse et devient anxieuse facilement ce qui fait en sorte qu’elle se tient loin des gens en général étant mal à l’aise autour d’eux. Elle a du mal à interagir avec les autres. Jesabel fuit les contacts physiques avec presque tout le monde. Elle n’aime pas qu’on la touche ou qu’on soit dans son espace personnel. Elle se perd souvent dans ces pensées et oublie le monde autour d’elle. La jeune femme parle souvent seule, à elle-même, ce qui lui a valu le titre de folle du village, mais elle s’en fiche. Elle se fiche de ce que les autres penses d’elle. Autant elle peut être douce, gentille et timide à un monde, elle peut devenir tout le contraire en une fraction de seconde. Elle peut devenir sarcastique, blessante et provocatrice, mais dès qu’elle réalise que ce qu’elle a dit était mal, qu’elle a fait du mal, elle se replis sur elle aussitôt en demandant pardon. Jesabel porte encore de nombreuses marques psychologiques de ce qu’on lui a fait. Elle tente t’en bien que mal de géré les hallucinations qui viennes parfois brouiller son esprit. Heureusement, elle n’est pas du type à devenir violente avec les autres. Par contre, elle se blesse souvent quand elle a une crise. Quand elle est parfaitement luicide, Jesa fait preuve d’une écoute et d’une sagesse qui en impressionnerait plus d’une. Elle a beau être la folle du coin, ces paroles ont souvent plus de sens qu’on veut bien le croire et elle voit beaucoup plus de choses que la majorité des gens.

Jesabel est faucheur depuis plusieurs années maintenant. Elle a rencontré beaucoup d’âmes depuis. Elle est celle qui a ramené August H. Drakes il y a dix ans quand il est mort. Elle est très proche de lui. En faite, il est à la fois son grand frère et un peu celui qui lui a montré ce que c’était d’avoir des sentiments pour une autre personne. Ils ne sont pas vraiment ensemble, mais disons qu’il l’aide à découvrir ce qu’elle a manqué de son vivant. Il y a aussi ce médecin bien particulier, C. Sloan Hadley, que Jesa a rencontré aux urgences. Elles sont devenues étrangement proches toutes les deux et c’est un sentiment qui la rend très confuse. Sloan est étonnant douce à son égard alors qu’elle la voit aller toujours plus loin d’en une voie très sombre. Elle voudrait pouvoir lui venir en aide, mais sait pas trop comment. Il y a aussi Ciarán W. O'Reilly qu’elle a guidé vers le monde des morts il y a plusieurs années. Elle l’aime bien, il est gentil et son dévouement pour les âmes perdues l’impression toujours.

derrière
l'écran


Plus personnellement, je m’appelle Juny, j’ai 21 ans. Je vis présentement Bas-st-laurent, Québec. J'aime les fraises, le chocolats, les sorties entres amis, boir verre et une bonne bouffe. et je déteste Justin Bimachin... je ne suis plus capable!. Mes séries préférées sont Dr. House, Lost, Supernaturel et les célébrités que j’aime sont Olivia Wilde, Jennifer Morrison, Sean Faris, Shane West. J’ai découvert le forum par un mp et un partenaire. Ce qui m’a poussé à m’inscrire, c’est on arrêtait pas de me dire que je craignais!. Finalement, je serais présent(e) :3 à 5 /7. Sinon, je souhaite ajouter : JE CRAINS PLUS!!!.
PRÉSENTATION TERMINÉE : OUI [xx] NON []





il n'y a que les fous qui réalise qu'ils le sont.
jesabel dasylva mandoza .♥. « Ma vie était quatres murs et une porte alors ne venez pas me dire que vous savez ce que c'est d'être enfermer parce que moi je le sais. J'ai passé ma vie à tenter de comprendre et les choses sont encore bien flou... » ▬


Dernière édition par Jesabel D. Mandoza le Lun 10 Sep 2012 - 1:17, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Victoria Ledger
18 octobre 1980 - 03 juillet 2007
Féminin

ÂGE : 23
PROCHES EN DEUIL : 587
ENTERRÉ LE : 07/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 20/06/1995
AVATAR : Sophia Bush



Avis de décès
ADRESSE:
EMPLOI:
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Dim 9 Sep 2012 - 16:32

BIENVENUE CHEZ LES MORTS 02 I love you
Olivia Cette fille est vraiment magnifique !
Bonne chance pour ta fiche, si tu as le moindre soucis, n'hésite pas à demander (a)
Puisses tu reposer en paix parmi nous 52
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Alexie E. Sheppard
Masculin

ÂGE : 33
PROCHES EN DEUIL : 75
ENTERRÉ LE : 08/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 14/08/1985
AVATAR : Ashley Benson



MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Dim 9 Sep 2012 - 16:35

Bienvenue à toi, et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Ciarán W. O'Reilly
27 Mars 1972 - 15 Août 1998
Féminin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 1043
ENTERRÉ LE : 06/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 11/02/1992
AVATAR : Andrew Garfield



Avis de décès
ADRESSE: 202, Shooting Star Street.
EMPLOI: Faucheur & pompier secouriste.
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Dim 9 Sep 2012 - 16:54

TU CRAINS PLUS JES/ELLIE!!!! Il était temps Very Happy Sinon, je te souhaite la bienvenue chère Olivia Sexy Wilde, en espérant que tu me fauches *Mouahahah*, si tu as la moindre question, le staffounet est là I love you




"Well I look up to god
But I see trouble
'Cause this ain't a miracle
I just want to take my chance
To live through a miracle"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Zachary J. O'Brien
13 mars 1958 - 7 septembre 1995
Féminin

ÂGE : 28
PROCHES EN DEUIL : 279
ENTERRÉ LE : 07/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 20/01/1990
AVATAR : Johnny Depp



Avis de décès
ADRESSE: 2303, Cloud Street
EMPLOI: Propriétaire du Highway To Hell
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Dim 9 Sep 2012 - 16:56

Bienvenue parmi nous !
Ton avatar + ton prénom = 58

Bonne chance pour ta fiche ! ^^



      « WALKING WITH EACH OTHER, THINK WE'LL NEVER MATCH AT ALL, BUT WE DO. »
      You think we would and we do

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Moira I. Shields
03 Septembre 1970 - 25 Décembre 2004
Féminin

PROCHES EN DEUIL : 132
ENTERRÉ LE : 07/09/2012
AVATAR : Bryce Dallas Howard



Avis de décès
ADRESSE: 78902, Huntington Valley
EMPLOI: Médecin oncologue/hématologue
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Dim 9 Sep 2012 - 17:35

Bienvenue officielle ! AHHHHH ELLIE, j'avoue tu ne crains plus cette fois-ci Razz Eclates toi bien parmi les petits morts.


Le crime de penser n'entraîne pas la mort.
« Nous pourrions bien nous apercevoir un jour que les aliments en conserve sont des armes bien plus meurtrières que les mitrailleuses. •• kick ass »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Alysia B. Parker
Féminin

ÂGE : 22
PROCHES EN DEUIL : 45
ENTERRÉ LE : 06/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 15/03/1996
AVATAR : Lea Michele



Avis de décès
ADRESSE: 2301 Cloud Street
EMPLOI: Serveuse
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Dim 9 Sep 2012 - 20:55

Bienvenue à toi ma chère Jesabel. J'ai l'histoire de cette femme qui était en psychiatrie. J'ai adoré le moment de ta mort. Tragique ! Le fait que ta mort fut un coup de vengeance (si je peux m'exprimer ainsi). J'ai hâte que tu nous rejoignes sur ce tout nouveau Afterlife.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jesabel D. Mandoza
13 mai 1943 - 31 octobre 1968
Féminin

ÂGE : 28
PROCHES EN DEUIL : 68
ENTERRÉ LE : 09/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 20/09/1990
AVATAR : Olivia *hot* Wilde



MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 1:19

JE NE CRAINT PLUS

Et j'ai terminé ma fiche. Je me suis laissé assez emporté désolé... mais je crois que j'aime déjà énormément mon personnage.

Merci pour les bienvenues!


il n'y a que les fous qui réalise qu'ils le sont.
jesabel dasylva mandoza .♥. « Ma vie était quatres murs et une porte alors ne venez pas me dire que vous savez ce que c'est d'être enfermer parce que moi je le sais. J'ai passé ma vie à tenter de comprendre et les choses sont encore bien flou... » ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
C. Sloan Hadley
29 mars 1982 - 05 avril 2009
Féminin

ÂGE : 28
PROCHES EN DEUIL : 85
ENTERRÉ LE : 07/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 14/01/1990
AVATAR : Jennifer Morrison



MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 9:11

J'adore ta présentation! Bienvenue ma folle adorée!

*Lui mord les fesses et veut trop rp avec elle.*


C. SLOAN HADLEY ϟ « Love The Way You Lie » Just gonna stand there and watch me burn, But that’s all right because I like the way it hurts. Just gonna stand there and hear me cry, But that’s all right because I love the way you lie, I love the way you lie.Ooh I love the way you lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Morning D. Scorn
01 avril 1988 - 05 mai 2012
Féminin

ÂGE : 25
PROCHES EN DEUIL : 101
ENTERRÉ LE : 08/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 08/02/1993
AVATAR : Gillian Zinser



Avis de décès
ADRESSE: Paradise Avenue, appartement 1902
EMPLOI: Avant, elle été bénévole humanitaire. Maintenant, elle travaille dans un cabinet d’avocat.
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 9:17

Ouah, ton histoire quoi Shocked . J'ai adoré.
Bienvenue Smile .


Morning Ϟ Tout est provisoire : l’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi. La mort est tellement inéluctable qu’elle prend tout le monde par surprise. Comment savoir si cette journée n’est pas la dernière ? On croit qu’on a le temps. Et puis tout d’un coup, ça y’est, on se noie, fin du temps réglementaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jared Zachary Lee
19 mars 1966 - 15 juin 2002
Féminin

ÂGE : 27
PROCHES EN DEUIL : 548
ENTERRÉ LE : 04/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 04/03/1991
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan



MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 11:58

Coucou Smile
On va repasser tentot pour te faire un petit message personnalisé, alors là, je viens te valider rapidement Smile


Votre présentation est validée . Il vous est désormais possible de parcourir le forum, de jouer et de vous amuser, mais avant tout, nous vous demandons d'aller ouvrir vos sections : demande de topics, demande de liens, demande de demeure et demande d'emploi. N’oubliez pas non plus de venir recenser vos informations (avatar, nom et prénom) ici, car tant qu'ils ne seront pas ajoutés aux différents bottins, ceux-ci resteront libres. N'oubliez pas non plus de faire votre demande de rang de naissance . Nous espérons que vous vous amuserez bien en notre compagnie !

Jared & Jayden



I'm yours~
©️Diie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jesabel D. Mandoza
13 mai 1943 - 31 octobre 1968
Féminin

ÂGE : 28
PROCHES EN DEUIL : 68
ENTERRÉ LE : 09/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 20/09/1990
AVATAR : Olivia *hot* Wilde



MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 13:22

Merci!!


il n'y a que les fous qui réalise qu'ils le sont.
jesabel dasylva mandoza .♥. « Ma vie était quatres murs et une porte alors ne venez pas me dire que vous savez ce que c'est d'être enfermer parce que moi je le sais. J'ai passé ma vie à tenter de comprendre et les choses sont encore bien flou... » ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jayden M. Wellington
19 octobre 1967 - 23 avril 2003
Masculin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 696
ENTERRÉ LE : 03/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 13/10/1992
AVATAR : Josh Duhamel



Avis de décès
ADRESSE: 1901 Paradise Avenue
EMPLOI: Propriétaire du Devil's Tail
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 14:03

Tu crains plus ! Very Happy C'est une bonne chose muahaha (: En tout cas, c'est un plaisir de t'accueillir sur le forum ^^ J'espère que tu t'amuseras bien en notre compagnie comme sur IMNP Smile
Si tu as la moindre question, gêne toi surtout pas !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jared Zachary Lee
19 mars 1966 - 15 juin 2002
Féminin

ÂGE : 27
PROCHES EN DEUIL : 548
ENTERRÉ LE : 04/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 04/03/1991
AVATAR : Jeffrey Dean Morgan



MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 14:12

gniahaha bien contente de te revoir en tout cas (:
si tu as la moindre question, surtout ne te gênes pas, même si tu ne crains plus XD
*Fraises, chocolat* très bon mélange, un peu de crème fouettée? Hmmmm Very Happy


I'm yours~
©️Diie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Summer Stenford
11 mars 1986 - 16 janvier 2012
Féminin

ÂGE : 32
PROCHES EN DEUIL : 103
ENTERRÉ LE : 08/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 11/03/1986
AVATAR : Emilia Clarke



MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 14:35

Bienvenue 02


Summer Stenford ϟ « La mort n'est que le début » The life is not what we believe, we think that we are going to be happy and to have an irreproachable behavior during every yard of our existence but unfortunately most of the time something slips and we cannot come undone any more of what than one to create .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jesabel D. Mandoza
13 mai 1943 - 31 octobre 1968
Féminin

ÂGE : 28
PROCHES EN DEUIL : 68
ENTERRÉ LE : 09/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 20/09/1990
AVATAR : Olivia *hot* Wilde



MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Lun 10 Sep 2012 - 18:43

Je vais vous harcelé si j'ai des questions!!!!

Fraise, chocolat, banane, pommes kiwi, aller ont met tout!

Merci Summer!


il n'y a que les fous qui réalise qu'ils le sont.
jesabel dasylva mandoza .♥. « Ma vie était quatres murs et une porte alors ne venez pas me dire que vous savez ce que c'est d'être enfermer parce que moi je le sais. J'ai passé ma vie à tenter de comprendre et les choses sont encore bien flou... » ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
June Donovan
01 Juin 1975 - 22 Juin 2006
Féminin

ÂGE : 27
PROCHES EN DEUIL : 330
ENTERRÉ LE : 07/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 15/09/1991
AVATAR : Maggie Siff ❤



Avis de décès
ADRESSE: 2302 Cloud Street
EMPLOI: Médecin
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Mar 11 Sep 2012 - 12:06

Bienvenue Smile




"They cannot hurt you unless you let them"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Ciarán W. O'Reilly
27 Mars 1972 - 15 Août 1998
Féminin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 1043
ENTERRÉ LE : 06/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 11/02/1992
AVATAR : Andrew Garfield



Avis de décès
ADRESSE: 202, Shooting Star Street.
EMPLOI: Faucheur & pompier secouriste.
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée Mar 11 Sep 2012 - 16:44

Je déplace dans validés




"Well I look up to god
But I see trouble
'Cause this ain't a miracle
I just want to take my chance
To live through a miracle"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS


À LA MÉMOIRE DE
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée

Revenir en haut Aller en bas
 

J.D. MANDOZA ♠ Je ne suis pas folle, juste un peu dérangée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LUYANA • "Je ne suis pas folle! Je suis spéciale..."
» Une erreur qui aurait pu être fatale [Pv: Annabeth et Leyna]
» Winifred - Je ne suis pas folle, c'est une petite voix qui me l'a dit [TERMINEE]
» JENNA TILLIER Ϟ Je n'suis pas folle vous savez !
» Je suis devenue folle après une longue période de raison.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Afterlife : The Second Chapter ::  :: Avis de décès :: Validés-