Partagez | 
 

 La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jayden M. Wellington
19 octobre 1967 - 23 avril 2003
Masculin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 696
ENTERRÉ LE : 03/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 13/10/1992
AVATAR : Josh Duhamel



Avis de décès
ADRESSE: 1901 Paradise Avenue
EMPLOI: Propriétaire du Devil's Tail
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN Dim 23 Sep 2012 - 8:46

Jayden Michael Wellington était le fier propriétaire du Devil’s Tail, un petit bar du coin où il était le gérant depuis son arrivé dans le Skyline. À la base, l’homme avait souhaité faire cette acquisition pour avoir une certaine stabilité et ne pas penser à Amy, sa femme toujours en vie à l’époque. Avec le temps, Jay s’était habitué à avoir ce bar malgré les divers problèmes qu’il avait vécu depuis. L’incendie en Juillet 2006, la reconstruction, les problèmes d’assurance, la folie de son ancienne serveuse Cassie Williams, sa séparation avec Holly et plus encore. Aujourd’hui, tout semblait être revenu à la normale, Jared, son meilleur ami avait acheté les parts de la rouquine, après son départ du quartier et après sa propre cure de désintoxication. Oui, Jayden avait faillis et replongé il y a quelques années malheureusement, l’ancien dealer de drogue n’en pouvait plus de se morfondre. Depuis qu’on lui avait prescris des médocs après l’incendie, il ne pouvait plus s’en passer, mais aujourd’hui, c’était beaucoup mieux. Il était clean et souhaitait le rester.

Enfin, Jayden quitta son domicile vers 10 heures dans la matinée et roula à bord de sa belle camaro ss jaune vif jusqu’au centre commercial de la ville. L’homme se souvenait bel et bien de la fusillade qu’il avait vécue dans le passé, mais cela ne changeait en rien sa crainte à y aller. Rien ne représentait réellement un problème pour le barman, enfin, mise à part la difficulté à trouver une place de stationnement. Le brunet roula quelque peu jusqu’à ce qu’il tombe sur la perle rare, en avançant pour la prendre, une autre voiture fut de même et risqua de foncer droit dans la carrosserie de sa bagnole. Jayden appuya sur le frein rapidement, par crainte de voir sa jolie minette éraflée. Aussitôt, il rejeta sa ceinture, claqua la porte et fit le tour pour rejoindre la femme, sachant qu’ils étaient entre le stationnement tous les deux. « Putain de merde d’enfant de chienne, c’est quoi ton foutu problème Golden Fish ! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Laura G. Valles
13 novembre 1987 - 16 septembre 2012
Féminin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 27
ENTERRÉ LE : 16/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 13/11/1991
AVATAR : Penélope Cruz



Avis de décès
ADRESSE:
EMPLOI: Professeure de français au Lycée du Skyline
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN Mar 25 Sep 2012 - 18:11

Laura commençait à se faire à cette « nouvelle vie » si l’on peut appeler cela une vie. Elle n’était, certes, pas seule, mais elle ignorait si penser une telle chose était de l’égoïsme ou non. Après tout, être seule ici… C’est horrible ! De plus, se dire qu’il y a encore une vie après la mort, qu’il faut travailler et j’en passe, c’est quand même épuisant. Bon d’accord, Laura était morte trop jeune, elle avait à peine profité de son métier. Frustrée ? C’est clair ! Mais elle pouvait toujours se rattraper de ce côté-ci de la vie, tout n’était pas perdu même si elle avait perdu ses proches. Egoïsme, quand tu nous tiens… Après tout, eux aussi avaient perdu quelqu’un. Et elle pensait avoir étudié toutes ces années pour rien, s’être infligée des heures et des heures d’étude pour terminer tout bêtement dans un accident. En effet, elle avait encore du mal à l’accepter et tentait de construire sa « mort » ici tant bien que mal en continuant son métier de professeure de français. Eh, elle avait étudié, autant que cela serve !

… Enfin, si l’on peut dire cela. Parfois, il y a des jours, Laura aurait préféré être réellement morte pour de bon et pouvoir ne plus supporter des gens comme celui qu’elle venait de croiser. Elle venait de quitter le lycée où elle enseignait le français à des étrangers pour faire quelques courses indispensables à sa… « Survie » ? On va dire cela. Elle avait trois heures de libre avant son prochain cours, autant mettre ce temps à profit. Donc, quoi qu’il en soit, la jeune femme n’allait pas se laisser marcher sur les pieds. Même si elle était jeune et tout ce que l’on veut, la personne qui allait lui « clouer le bec » n’existait pas encore ! Elle était fatiguée, elle voulait faire ces maudites courses. Il n’y avait plus que de rares places dans le parking du centre commercial et elle venait de tomber sur une place parfaite : SA place. Mais une autre personne avait vu sa place et ils se retrouvaient à présent, tous deux, en plein milieu du bitume, bloqués. Et aucun ne voulait céder la place à l’autre. Mais bon dieu, un peu de galanterie ! Un homme de la trentaine sortit alors de sa voiture, peut-être venait-il s’excuser ? Heum… Pas sûr. Mais l’espoir fait vivre. Ah non… Pardon.

Voleur de place –
Putain de merde d’enfant de chienne, c’est quoi ton foutu problème Golden Fish !

Surtout, garder son calme. Ne pas exploser, ne pas crier. Elle abaissa simplement la fenêtre de son côté afin de répondre « gentiment » à l’homme qui venait de l’insulter. Le sarcasme ? Sa meilleure arme de l’autre côté, elle n’allait pas changer de stratégie ici. Surtout en tombant sur des cas comme lui. Affichant un franc sourire – enfin, presque – avant de répondre, Laura leva les yeux vers l’homme qui se tenait dehors et prenait la situation à la légère. Elle n’allait pas s’énerver pour quelqu’un comme lui, elle voulait faire ses courses et n’allait pas céder. Après tout, elle avait trois heures.

Laura –
Moi ? Un problème ? Mais pas du tout, on peut tirer à pile ou face pour voir qui aura la place mais je ne vais pas céder comme ça. Eh ouais, pas de bol !

Son léger accent espagnol transparaissait même si elle utilisait des expressions courantes sans problème. Malgré ses études, elle ne l'avait pas perdu et continuait à s’exprimer en espagnol tous les jours. Mais son accent n’était pas la seule chose qui transparaissait ; il y avait aussi son tempérament de gamine joueuse et chiante avec l’histoire du « pile ou face ». Quel adulte, dans une situation comme celle-ci, ferait une telle proposition ? Ce n’était qu’un jeu pour elle. Un jeu, et rien d’autre. Céder à la colère ? Mh… Non, pas tout de suite.


[HJ : C'est pas génial, mais c'est mon premier RP avec Laura. Donc faut que je m'imprègne bien de son caractère :p]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jayden M. Wellington
19 octobre 1967 - 23 avril 2003
Masculin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 696
ENTERRÉ LE : 03/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 13/10/1992
AVATAR : Josh Duhamel



Avis de décès
ADRESSE: 1901 Paradise Avenue
EMPLOI: Propriétaire du Devil's Tail
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN Jeu 27 Sep 2012 - 16:07

Comment une situation de créer la zizanie dans un stationnement de centre-commercial ? On pouvait croire qu’un des deux allait gentiment laisser la place et partir s’en trouver une autre ou à la limite choisir un endroit dans la rue longeant, mais non, la femme tenta de négocier et c’était une cause perdue. Jayden était aussi têtue qu’une mule et personne au monde ne pourrait réussir à obtenir quelque chose de sa personne. Il avait du caractère et pouvait réellement faire l’anguille très longtemps s’il le souhaitait. Alors, Wellington serra les dents ainsi que les pieds suite aux paroles de l’incroyable femme qui ne prit même pas la peine de sortir de son véhicule. Jay se mit à rire et ajouta. « Tu rêves ma poule ! J’ai trouvé ce stationnement avant toi, alors tu fous le camp toute suite si tu ne veux pas que je t’embête durant des heures… ne pense surtout pas que tu vas gagner avec moi Darling ! J’ai cette place, alors fou le camp ! » Il ajouta un léger sourire, fier de lui, à son visage. L’homme attendait une réponse de cette inconnue et espérait que ça allait venir rapidement, vu qu’il ne voulait pas passer la journée en ces lieux. Le barman alla même à s’appuyer directement sur sa bagnole en attendant, il croisa les bras et l’observa avec persuasion. De toute manière, aucune voiture ne pouvait atteindre le stationnement sans rayer celles autour, sauf si l’une des deux voitures décide de quitter l’endroit pour de bon, alors il attendait.

(HJ: J'ai adoré (: Et puis j'adore le petit Voleur de place haha)




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Laura G. Valles
13 novembre 1987 - 16 septembre 2012
Féminin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 27
ENTERRÉ LE : 16/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 13/11/1991
AVATAR : Penélope Cruz



Avis de décès
ADRESSE:
EMPLOI: Professeure de français au Lycée du Skyline
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN Sam 6 Oct 2012 - 6:41

Voleur de place – Tu rêves ma poule ! J’ai trouvé ce stationnement avant toi, alors tu fous le camp toute suite si tu ne veux pas que je t’embête durant des heures… ne pense surtout pas que tu vas gagner avec moi Darling ! J’ai cette place, alors fou le camp !

Avant elle ? Ou pas hein. La preuve était que les deux voitures se trouvaient à mi-chemin de la place de parking et que les moteurs s’étaient coupés en même temps. Alors le « j’ai trouvé d’abord », ce voleur de place pouvait se le garder précieusement. Si cela énervait Laura ? Oh non, il en fallait bien plus pour en arriver là. Mais cet « homme » semblait têtu et n’allait pas lâcher l’affaire aussi facilement qu’un autre adulte. Elle, si ? Même pas en rêve ! Elle n’allait pas se plier aux quatre volontés d’un homme pareil ! Il n’y avait pas à dire… Parfois, elle regrettait vraiment la mentalité de chez elle. Au moins, en Espagne, ils sont tous gentils, aimables, ne s’embrouillent pas pour des broutilles comme celle-ci. A peine un mois qu’elle était passée de l’autre côté, et elle le regrettait déjà. Dans « l’autre monde », elle aurait pu retourner en Espagne, elle aurait pu laisser tomber cet homme directement vu qu’il y en a des millions partout ailleurs et qu’elle s’était plus ou moins habituée à cette mentalité. Mais ici, c’était différent. Elle ignorait tout de lui, ne savait même pas s’il travaillait près du lycée, ni même si elle allait être amenée à le revoir souvent. Alors non, elle ne s’écraserait pas. Ce n’était pas du tout son genre.

Mais avant que Laura n’ait le temps de riposter, il était parti s’installer contre le capot de sa voiture. Il le prenait comme cela ? Très bien. Après tout, ce qu’elle était venue faire ici pouvait être reporté au lendemain sans problème. Et pour manger, elle avait ce qu’il fallait dans sa voiture, de même pour boire. Quant à ses besoins naturels… En tant que professeur, elle avait l’habitude de se retenir très longtemps. Donc voilà, elle aussi, elle pouvait rester ici pendant longtemps. Quant aux voitures… Qu’elles fassent le tour ! La jeune Espagnole s’installa confortablement dans son siège et sortit un livre. Elle n’en était même pas à la moitié, de quoi tenir longtemps sans problème. Bon, d’accord, dans trois heures, elle devrait partir mais peut-être lâcherait-il avant vu qu’il ignorait cette information. Elle était prête pour trois heures. Enfin… Presque.

Laura –
Pero qué…

Quelque chose la dérangeait. Laura passa sa main dans son dos et trouva une boîte qu’elle avait oubliée, en carton, contenant d’autres déchets. Une voiture sale ? Mais non, justement ! Etant prévoyante, elle avait rassemblé tous ses déchets dans une boîte pour ne pas les étaler dans sa voiture. Alors, voulant montrer à l’homme qu’elle n’était pas prête de sortir, elle fit de grands gestes pour prendre les déchets, bien à son aise, et alla les jeter en marchant lentement. Bien entendu, la jeune femme n’avait pas laissé la clef de sa voiture dedans, elle n’était pas aussi bête que cela. Ayant retiré tout ce qui la dérangeait, elle était maintenant prête à tenir longtemps. Lançant un sourire malicieux et vengeur par-dessus son livre, une fois installée, elle s’y plongea pour… Les trois prochaines heures ?



[HJ : Voilà ! Encore désolée pour le temps d’attente. Mon cerveau s’est remis en marche, et je ne suis presque plus malade, donc c’est parti ! A toi (a)]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Jayden M. Wellington
19 octobre 1967 - 23 avril 2003
Masculin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 696
ENTERRÉ LE : 03/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 13/10/1992
AVATAR : Josh Duhamel



Avis de décès
ADRESSE: 1901 Paradise Avenue
EMPLOI: Propriétaire du Devil's Tail
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN Mar 16 Oct 2012 - 17:29

Jayden Michael Wellington adorait la compétition et le passé lui avait facilement démontré qu’il pouvait attendre et foncer. Il n’avait jamais été très généreux de sa personne, préférant passer son intérêt personnel avant celui des autres, comme en ce moment avec cette place de stationnement. Si elle voulait y passer la journée et peut-être même la nuit, pourquoi pas. Le stationnement risquait d’être désert à la fin de cette période, mais ça valait le coup. Il souhaitait cette place et malgré la libération d’un emplacement à quelques pas de là, il foncerait jusqu’au bout. De toute manière, personne ne l’attendait. Il n’avait pas revu sa petite copine Victoria depuis leur dispute et April, sa voisine devait travailler pour la soirée, selon ce qu’elle lui avait dit. Il ne travaillait pas et préférait passer la journée à souhaiter ce parking plutôt que de partir faire les magasins. Il pourrait revenir un autre jour pour cela. C’est les bras croisés qu’il fixait la femme faire le ménage dans sa voiture. La dame lui lança une phrase, tout droit sorti d’un vocabulaire inconnu pour l’homme. Bien sûr, n’ayant pas été plus loin que l’âge de 12 ans à l’école, il ne connaissait que très peu de chose, encore moins une autre langue que la sienne, alors il balança. « Ouais, c’est ça Pedro, balance moi du blabla dans une langue que je ne connais même pas ! » Il fronça les sourcils et croisa les bras. Dès qu’il comprit que Laura quitta l’espace de stationnement vers la benne à ordure, Wellington s’empressa de courir jusqu’à la voiture de sa concurrente. Il observa par la fenêtre et ouvrit la porte, mais il n’y avait aucune clé sur le contact. « Fuck ! » Lança-t-il vulgairement. Michael connaissant très bien des techniques pour démarrer une voiture sans les clés, mais avait-il le temps ? Il se mit alors à détacher le module sous le volant. Malheureusement pour lui, la propriétaire revint. Jay lui fit un grand et hypocrite sourire, leva les mains en l'air et se redressa. Il retourna tout simplement à sa voiture.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS

avatar
À LA MÉMOIRE DE
Laura G. Valles
13 novembre 1987 - 16 septembre 2012
Féminin

ÂGE : 26
PROCHES EN DEUIL : 27
ENTERRÉ LE : 16/09/2012
DATE DE NAISSANCE : 13/11/1991
AVATAR : Penélope Cruz



Avis de décès
ADRESSE:
EMPLOI: Professeure de français au Lycée du Skyline
RELATIONS AMIS/ENNEMIS:

MessageSujet: Re: La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN Lun 29 Oct 2012 - 8:08

Il ne faisait rien… Ce voleur de place n’avait pas eu une seule réaction face à l’installation confortable de Laura sur son siège pour lire. Ils allaient donc rester comme cela, à bloquer l’allée de parking, longtemps ? L’un était, apparemment, aussi têtu que l’autre et l’un comme l’autre ne semblait pas vouloir céder la place. Pourtant, il y en avait, de la place ! Mais tant pis. Laura ne lâcherait pas prise, elle ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds après aussi peu de temps. Pourquoi ? Car elle savait que la première « rencontre » avec quelqu’un déterminait toutes les autres. Et comme ils faisaient leurs couses au même endroit, apparemment, ils allaient être amenés à se croiser très souvent. Comment allait-il agir les prochaines fois s’il la croisait de nouveau et qu’elle cédait ? Il lui chercherait des poux et lui piquerait SA place. Tandis qu’ici, si la jeune femme résistait, il saura, à l’avenir, qu’il ne doit pas se frotter à elle s’il est pressé. Même, ne pas se frotter à elle tout court, en fait…

Mais Laura avait oublié un tout petit détail. Ses courses. Elle voulait en faire quelques-unes, qui étaient « importantes », et elle n’allait pas laisser sa voiture ici pour le faire. Pourquoi ? Elle n’avait, tout simplement, pas confiance au boudeur qui se trouvait en face d’elle. Lorsqu’elle avait quitté deux minutes sa voiture, il avait essayé de la trafiquer pour la démarrer seul. Alors ici, qui sait ce qu’il pourrait faire si elle partait, même en fermant tout ? Non… Trop risqué. Mais il y avait peut-être une autre solution : sa collègue de travail. Déposant alors son livre sur son ventre à l’endroit où elle s’était arrêtée, la jeune femme plongea sa main dans son sac à la recherche de son téléphone. Marie… Marie… Marie ! Elle avait trouvé le nom qu’elle cherchait.

Laura –
Hola Marie ! Dis, tu pourrais me rendre un service s’te plaît ?... Mais non, j’ai pas encore fait une bêtise ! Je cherche juste à affirmer certaines choses mais je dois faire mes courses. Tu veux bien venir au centre commercial ?

Marie râlait au plus haut point. Mais d’un côté, elle ne pouvait rien refuser à Laura, et cette dernière le savait. Pourquoi ? Car elle était d’une gentillesse incroyable quand il s’agissait d’aider ses amis, et Marie lui avait dit qu’elle lui rendrait un service un jour. Bon, depuis, Laura l’avait aidée à maintes reprises, mais les choses ne changeaient pas beaucoup, elles se rendaient sans cesse la pareille. Et ici… Bingo ! Elle avait accepté ! Un grand sourire vint se dessiner sur les lèvres de Laura, elle pourrait vraiment rester ici les trois prochaines heures sans problème et sans conséquence. Parfait ! Le problème présent était que d’autres personnes voulant se garer ici n’allaient pas rester sans rien dire. Pire, s’ils appelaient « les autorités », comme Laura l’avait déjà entendu dire une fois, qu’allaient-ils riposter ? « Non, on ne veut pas partir et céder à l’autre » ? Ils passeraient pour de grands enfants. Mais tant pis… Laura trouverait quelque chose à répondre, elle trouvait toujours. Seulement, avant les autorités, il avait les gens « sérieux » qui voulaient faire leurs courses… Et les klaxons retentissaient derrière Laura et le voleur de place – dont elle ne connaissait toujours pas le nom. Mais avait-elle franchement envie de le connaitre ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AVIS DE DÉCÈS


À LA MÉMOIRE DE
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN

Revenir en haut Aller en bas
 

La guerre du stationnement - LAURA & JAYDEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» La guerre au Proche-Orient. Sujet de piporiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Afterlife : The Second Chapter ::  :: Rues et ruelles-